Accueil >ACTU >Dans les médias

Grandes manoeuvres entre Amadeus et ses partenaires

vendredi 10 octobre 2003.


Coincidences heureuse ou recherchée ? le 1er octobre, Amadeus et IBM ont officialisé une lliance stratégique visant à répondre aux défis des refontes d’infrastructure liées à la recherche de compétitivité des compagnies aériennes.

L’un et l’autre sont déjà partenaires de premier plan des compagnies aériennes. Amadeus, fournisseur de technologies et notamment de systèmes de réservation clés en main, au-delà de son statut de numéro un du GDS, ou système global de distribution de produits de voyages, avec près de 300.000 points de vente connectés, et IBM, en tant qu’intégrateur et sous-traitant (pour de nombreuses compagnies asiatiques, américaines) font désormais cause commune face aux refontes annoncées des systèmes d’information de ce secteur.

La recherche de compétitivité, la course à la taille critique et la chasse aux sont autant d’encouragements à répondre de façon globale (one-stop shopping) à l’obsolescence des systèmes plus ou moins propriétaires des compagnies, « développés à l’époque où le transport aérien était encore l’affaire d’oligopoles » remarque Jacques Lignières, senior vice-président développement d’Amadeus et directeur du site Sophia-Antipolis. Pour ce prestataire, British Airways, Qantas et Finnair ont montré la voie en externalisant non seulement leur système de réservation et de billetterie (comme le font quelque 120 compagnies, avec Amadeus System User), mais aussi les applications d’inventaire (gestion des vols et remplissage des avions) et l’enregistrement des passagers (Departure Control System, DCS), facturation à l’acte. « Cela correspond bien a la volonté de transformer les coûts fixes en coûts variables », souligne Jacques Lignières. Non sans y glisser une forte dose d’innovation, en corrélation avec la complexité du fonctionnement des compagnies... et de leurs alliances. Exemple : (l’introduction du yield management dans l’inventaire ou encore pour le DCS dont le parametre de base était autrefois le numéro de vol, la redéfinition de l’architecture par Amadeus autour de l’entité de base qu’est le passager. Ce qui dans le cadre des alliances OneWorld, star alliance ou Sky team trouve un écho trèsmotivé auprès des compagnies qui tout en restant autonomes dans leur gestion, cherchent à intégrer davantage leurs process respectifs", remarque Frédéric Spagnou, vice-président marketing d’Amadeus.

Il reste que ce genre de migration a toutes les caractéristiques du très gros projet étalé sur des semestres, voire des années (chez British Airways 14 000 personnes ont été accompagnées pour cette rupture dans leurs habitudes de travail), notamment pour le travail d’intégration technique. Avec, en amont le recours à des experts-architectes et autres référents techniques ou business. Et c’est là qu’intervient l’alliance resserrée avec IBM, auréolée de ses conquêtes dans le conseil et partenaire naturel d’Amadeus et de ses sites de développement à Sophia Antipolis et d’exploitation à Erding près de Munich. « La demande est là. En jouant la complémentarité d’expertise, nous nous mettons en ordre de bataille avec la capacité de mobiliser rapidement des centaines d’ingénieurs, comme peut se permettre l’envergure d’IBM, autour de problématiques d’intégration, ce qui n’a jamais été l’ambition d’Amadeus », résume Frédéric Spagnou. Pour le passage à cette nouvelle génération de systèmes de services aux passagers, les négociations en cours avec Air France, actionnaire fondateur d’Amadeus (avec Lufthansa et Iberia), et avec KLM, dernier îlot de résistance européen à l’offre classique d’Amadeus, ne devraient sans doute pas pâtir du mariage des deux compagnies.

A.-M.R.

Le Monde Informatique N° 997 - 10 octobre 2003

Du même auteur

SPIP | Copyright © 2002 - 2012 SUD Aérien.org | Conception et habillage snoopit31

Mentions légales| squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0