Accueil >ACTU

Utilisation des Systèmes d’Information Air France

Charte Informatique = Big Brother ?

mercredi 28 novembre 2001, par Bureau national .


L’évolution des Systèmes d’Information, avec l’arrivée des nouvelles technologies, plus riches en contenu, plus ouverts vers l’extérieur, plus accessibles augmente les risques en matière de sécurité pour les données d’entreprise à Air France.
Aujourd’hui des accès à Internet sont mis à la disposition des salariés. Ces accès s’effectuent dans le cadre du travail et n’avaient jusqu’à présent aucune réglementation pour définir leurs utilisations.

L’objectif de la DRH est de définir des règles d’utilisation des Systèmes d’Information (PC, etc.…). Elle a commencé le tour des CE pour les informer du projet de Charte Informatique qui une fois adopté figurera en avenant au RPS ou sera annexé au réglement intérieur. Cette présentation a été faite au CE Informatique et Formation.

Les médias presse, radio et télévision nous parlent souvent de l’obsession sécuritaire d’une société qui cherche à contrôler, à surveiller, à espionner ses concitoyens, ses salariés. Souriez on vous écoute, filme et ausculte sous tous les angles. Big Brother n’est pas loin !!!

Le risque est là, car d’une intention louable de protéger les données économiques de l’entreprise contre le pillage, l’espionnage économique ou la destruction par des « virus » informatique, et dempécher les salariés d’utiliser les outils informatiques pour visiter des sites internet pédophiles, pornographiques ou révisionnistes,on peut rapidement déraper vers des actions moins propres.La première phrase de la liste des utilisations interdites « l’utilisation de l’accès au service pour un usage autre que professionnel » autorise des sanctions pour les salariés qui utilisent le téléphone du service pour prendre un rendez-vous chez le toubib ou pour les cadres sup qui gérent leur portefeuille boursier depuis leur poste de travail.
Toute utilisation interdite sera passible de sanctions disciplinaires, voire de poursuites pénales. Rien n’interdira plus à un chef de saquer (arbitrairement) son subordonné en utilisant les nombreuses possibilités qu’offre cette Charte. Quels seront par la suite les moyens de défense des salariés ? Rien n’est défini.
Un exemple récent d’une procédure de licenciement d’un salarié du Help-Desk nous a démontré qu’en la matière il fallait être très prudent.

Art 2 : La charte précise que l’utilisateur est conscient des risques inhérents à l’utilisation du système d’information mais que fait l’entreprise pour lui en faire prendre conscience ? AF a-t’elle prévu des stage de sensibilisation comme pour le « TZ » pour circuler sur les aires aéroportuaires ou comme pour la sécurité au travail ? Rien n’est dit sur ce point. Les salariés ne peuvent être conscients des risques tant qu’ils ne sont pas clairement informés.

Art 3 : l’utilisateur est informé des contraintes de confidentialité ...Aujourd’hui, ce n’est pas vrai. Aucune information précise indiquant le pourquoi, le comment et le domaine préciset détaillé de cette confidentialité n’est donnée aux salariés. Il faut aussi expliciter clairement aux salariés ce point avant d’en exiger l’application.

Audit ou plus clairement comment surveiller les postes de travail :
Comme pour tout réseau de postes de travail informatique, Air France a mis en place une administration du réseau qui permet d’autoriser ou non l’accés à ce réseau par la gestion des mots de passe, d’intervenir à distance pour remettre en service un poste de travail en panne qui peut donc aussi suivre toute l’activité sur un poste de travail. Nous ne savons pas aujourd’hui quelles seront les moyens de surveillance et les domaines d’audit des salariés chez AF.
En contrepartie d’une réglementation stricte de l’utilisation du système d’information, AF doit y adjoindre un code de déontologie pour les administrateurs du système d’information garantissant le respect de la vie privée des salariés y compris au travail.

SUD AERIEN sera toujours présent pour défendre les salariés d’AF et vous pouvez lui faire confiance pour défendre les libertés.

SUD AERIEN demande à la DHR d’Air France :

  • de mettre en place les actions et moyens nécessaires pour que les salariés soient pleinnement informés du contenu et contraintes de cette charte.
  • D’informer les salariés des moyens qu’elle emploie pour surveiller l’utilisation des Systèmes d’Information et de leur préciser les domaines d’audit.
  • De garantir la vie privée des salariés, notamment la confidentialité des messages reçus et envoyés par le mail conformément à la jurisprudence en cours.

SUD AERIEN s’inquiète du transfert important des responsabilités pénales de l’entreprise vers les agents.
SUD AERIEN dénonce les possibilités de sanctions et leurs pratiques éventuelles.

Mots-clés

SPIP | Copyright © 2002 - 2012 SUD Aérien.org | Conception et habillage snoopit31

Mentions légales| squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0