Accueil >ACTU >Tracts nationaux

Jean Cyril’s Privat’s Tour

jeudi 22 août 2002.


Tel Napoléon passant en revue ses « grognards », Spinetta fait le tour des popotes. Après AFM, AFI, c’était au tour avant-hier de la Piste d’Orly. Il s’est même fendu d’un courrier adressé au domicile de tous les salariés. Pour dire quoi ?
que la privatisation est inéluctable,
qu’elle est indispensable au développement d’Air France,
que rester entreprise publique provoquerait un isolement et une régression….

En fait, nous avons le choix entre le PARADIS et l’ENFER !! Spinetta ressort les vieilles lunes : le libéralisme économique, c’est la liberté, c’est le modernisme, c’est un bien pour tous ! FOUTAISES !

Quand nous aurons aux commandes d’Air France, des requins financiers dont le seul objectif sera de faire du fric et rien d’autre, Spinetta sera parti, lui. Quand il affirme que l’Etat, avec ses malheureux 20%, « sera garant des intérêts stratégiques et économiques de la Nation » : c’est un mensonge. Si l’Etat avait voulu conserver ce rôle, il aurait gardé une minorité de blocage de 33%. Or, il ne le fait pas, cela confirme son total désengagement de l’avenir de la compagnie.
L’Etat vend Air France parce qu’il a besoin d’argent pour payer les promesses électorales aux détriment des salariés.

Rester société publique entraverait notre développement ? De qui se moque-t-on ? Air France n’a jamais autant développé ses alliances (Sky Team notamment) y compris ses prises de participation dans le capital des autres compagnies (Alitalia, Air Afrique…), ses créations de filiales, que ces 5 dernières années. Jamais l’Etat ni même Bruxelles ne s’y sont opposés. Cet argument est bidon, c’est d’ailleurs le seul qu’on nous oppose.

Pour donner un exemple de l’état d’esprit des futurs actionnaires privés, rappelons une anecdote : Francis MER, l’actuel ministre des Finances, alors membre du Conseil d’Administration d’AF a fait la remarque suivante : alors que le patron de la Direction du Matériel d’AF se félicitait des bons résultats de son activité, F. MER lui aurait répondu vertement : « on ne vous demande pas de faire des bénéfices, on vous demande d’en faire plus ! ». Voilà le véritable objectif et tous les moyens seront bons pour y arriver.

Pourquoi les salariés d’AF seraient-ils plus protégés demain que ceux de LU, DANONE, MICHELIN, AOM/AIR LIB, SABENA, SWISSAIR, CORSAIR sans parler de VIVENDI …etc ? Ils ont eu affaire aux mêmes « libéraux » que ceux qui manageront AF privatisée.

Et ce ne sont pas les promesses du PDG qui nous rassurent. Les ex-Air Inter et ex-UTA sont bien placés pour le savoir, ils en ont fait les frais !
Avant la fin de l’année, un décret annulera le statut AF. Pour SUD Aérien, la suppression ce document de quelques pages n’est pas l’essentiel. Le plus important, c’est la sauvegarde des accords d’entreprise car nous connaissons bien la Convention Collective du Transport Aérien sous laquelle nous allons tomber : elle est bien inférieure à nos acquis actuels.

Aujourd’hui, on nous affirme qu’ils seront maintenus, on nous promet aussi qu’il n’y aura pas de plans de licenciements, ni de filialisations ou d’externalisations d’activités. Ah bon ? Et l’Hôtellerie transférée à OAT (200 suppressions d’emplois) ? Et le comptage des billets traité au Mexique ? Et Fréquence Plus transformé en filiale ? Et les Equipements d’AFI menacés d’externalisation ?

Quand les actionnaires décideront de faire remonter le cours de leurs actions, tous les moyens seront bons ! Et ce n’est pas le lamentable accord social qui vient d’être signé (sauf par SUD et la CGT  ) qui nous protègera. Un accord, çà se dénonce quand ils le veulent et nous aurons 15 mois pour en renégocier un autre…au rabais bien sûr !

Quant à l’actionnariat-salarié, allez demander aux agents de France Télécoms ce qu’ils en pensent aujourd’hui ou plus loin, les retraités américains qui ont investi leur retraite dans les fonds de pension en chute libre ? C’est un leurre voire une arnaque qui permet à la direction de ne pas augmenter les salaires.

CONCLUSION : IL FAUT SE BOUGER. Une carte-pétition intersyndicale contre la privatisation va sortir dès la semaine prochaine. Nous vous engageons vivement à la signer. D’autres actions sont prévues en septembre dont nous vous tiendrons informés prochainement.

LA PRIVATISATION N’EST PAS INELUCTABLE, C’EST UN DOGME IDEOLOGIQUE VISANT A RAPPORTER DU FRIC AUX GROS ACTIONNAIRES, RIEN DE PLUS !

PRIVATISATION :

NON !

Articles les plus récents
Dans la même rubrique

Tracts nationaux

Du même auteur

SPIP | Copyright © 2002 - 2012 SUD Aérien.org | Conception et habillage snoopit31

Mentions légales| squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0