Accueil >Sections >Toulouse Escale

Contre les projets du gouvernement et du medef !

MEDEF et Gouvernement avaient pris la mesure des choses...
...les confédérations syndicales, non !

mardi 8 juillet 2003, par Solidaires 31 .


 MEDEF   et Gouvernement avaient pris la mesure des choses...

Janvier 2002 : le baron Seilleres présente son projet de refondation sociale que le MEDEF   avait lancé en novembre. Ce projet était une attaque frontale, ultra-libérale touchant aux acquis des travailleurs comme la retraite, la sécu, l’assurance chômage, les services publics....

Mai 2002 : Chirac est élu, non sur son programme mais par rejet de l’extrême droite.

Janvier 2003 : Raffarin fait preuve d’allégeance en se rendant au congrès du Medef   ... et met en place son programme ultra libéral

Ce rappel de dates, montre que l’offensive sur les retraites fait partie d’un ensemble de mesures . Celles ci visent à une régression sociale majeure
au nom du libéralisme : retraites, protection sociale, indemnisation chômage,
services publics... tout doit disparaître sur l’autel du profit et de la
mondialisation libérale.

Fillon et Raffarin ont été les maîtres d’œuvre du Medef   pour cela.

 ...les confédérations syndicales, non !

Alors que face à l’ampleur de ces attaques, il aurait fallu une riposte
de même niveau, les confédérations n’ont pas su prendre la mesure de ces
attaques.

Dès le 6 janvier, elles avaient proposé une plate-forme où les 37.5, l’abbrogation des mesures Balladur... étaient absentes.

Les uns (CFDT  , CGC, CFTC ) ont rompu l’unité et ont signé pour quelques miettes, affaiblissant le mouvement et se discréditant auprès des travailleurs.

Les autres, ont usé le mouvement en multipliant les temps forts, en
faisant tout pour que des secteurs ne démarrent la lutte que lorsque d’autres
s’étaient épuisés.

Pourtant, les enseignants ont, eux, su montrer la solution : la grève générale
reconductible. Le 13 mai avait lieu une des manifs et des grèves les plus fortes depuis des décennies. Le soir même, le gouvernement affichait
son mépris et ne tenait pas compte de la puissance de ce mouvement.
A ce moment là, au moins, le mot d’ordre de grève générale s’imposait.
Au lieu de cela, on explique aux cheminots que ce n’est pas le
moment d’y aller.

Dans ce cadre, les temps forts auraient pu être un instrument de relance,
non d’épuisement Certes, la grève générale ne se décrète pas, mais sans un mot d’ordre clair des confédérations, elle n’a que plus de mal à se construire. Pour que tous prennent la mesure de l’attaque, il fallait que par cet appel, les organisations syndicales le leur montrent.

En effet, pour de nombreux secteurs, pour les travailleurs d’entreprises
où les syndicats ne sont que peu ou pas présents, ç’aurait été un signal fort
pour s’engouffrer dans le mouvement initié par l’éducation nationale. L’exemple des luttes menées à Marseille montre bien ce qui était possible !

Pire, face au chantage du gouvernement sur le bac et la prise en otage
des élèves et enseignants par Raffarin-Sarkosy, la grève générale aurait été la seule réponse, sans léser les élèves : Ferry a bien eu son bac en 68, ce qui ne l’a pas empêché de réussir... au moins jusqu’en juin 2003 !

Malheureusement, seule l’Union Syndicale Solidaires  -G10, non invitée par les confédérations, notamment au meeting de Marseille, a su dès le début être porteuse de cette exigence : la grève générale.

Quant à d’autres, ils n’y ont pas appelé, ou alors comme à Marseille,
quand le mouvement était presque fini.

 Résister encore et encore !

La réforme des retraites pas encore terminée, le gouvernement s’attaque
déjà aux entreprises publiques et à la sécu, alors même que le financement
des retraites n’est pas assuré et qu’il devra rouvrir son chantier.

Les télécom et l’EDF sont dans la ligne de mire. A La Poste, c’est la
présence postale qui est remise en cause, en même temps que la valse des
directions se met en place, préparant une nouvelle attaque d’ampleur.
Quelles que soient les rancœurs explicables des uns et des autres, l’heure
n’est pas à baisser les bras, mais à continuer la lutte.

Certes, avec les congés, il est peu probable que de grandes luttes se
produisent. Encore que, les intermittents le montrent, des conflits peuvent se dérouler pendant l’été. Mais la rentrée devra être chaude, très chaude.
Pour cela, il est plus que jamais nécessaire de reconstruire le tous ensemble, de discuter, de convaincre, dans le privé comme dans le public en étant sur d’une chose :

 Face à l’ampleur des attaques, on ne pourra faire l’économie d’une grève générale !

P.-S.

Extraits....

Fillon à l’assemblée : « François Fillon a d’ailleurs tenu à rendre hommage à la CGT et à son secrétaire général, Bernard Thibault, pour son « attitude
responsable ». En soulignant ainsi « l’opposition raisonnable » de la CGT, « même dans les moments de tension », le ministre du travail sait gré à la centrale de Montreuil de s’être évertuée à empêcher la généralisation d’un mouvement qui risquait d’échapper à son contrôle. »

Le Monde 17 juin

Merci Chérèque

Le Figaro salue lui François Chérèque : « C’est l’anti-Blondel. Ni grande gueule, ni autocrate. L’un dit toujours non, l’autre sait dire oui.... (il) sait terminer une grève. »
Le Figaro 17-18 mai

vacheries de l’unsa

Après l’appel tardif de Blondel à Marseille « Il y a plusieurs manière de clôturer un mouvement : l’appel à la grève générale en est un »
Liaisons sociales 13 juin

No Raffaran !

Pour coordonner les secteurs en lutte, ne pas se contenter des temps forts,
une coordination souple des secteurs en lutte a été créée , proposant des actions et sortant régulièrement un journal : no raffaran !

Qui compose la CIOSL ?
Il s’agit de secteurs interprofessionnels inscrits dans la lutte. Ils sont composés de toute tendance syndicale et de non syndiqué-e-s, se retrouvant lors d’assemblées générales afin d’échanger ensemble sur l’état de leur secteur.

Sans à priori, toutes et tous ont pu s’exprimer et compte bien faire perdurer
cette pratique de démocratie directe notamment lors de la prise de décision. Le réseau est là, le potentiel existe sur la place Toulousaine, il n’attendra que la prochaine occasion à saisir pour relancer la dynamique.

Intermittents en lutte !

Ce qui n’était pas possible au niveau confédéral l’est au niveau des intermittents du spectacle. Poussés par les artistes et techniciens, la CGT spectacle appelle à la grève générale reconductible.

La raison en est simple.Déjà touchés, comme tous par les retraites, les intermittents se voient de plus menacés dans leur système particulier d’indemnisation du chômage.

Du coup, c’est toute la profession qui est mobilisée conte l’accord signé par toujours les mêmes (CFDT, CGC et CFTC...)

Articles les plus récents
Dans la même rubrique

Toulouse Escale
Pas d'autres articles dans la rubrique Toulouse Escale
Mots-clés

SPIP | Copyright © 2002 - 2012 SUD Aérien.org | Conception et habillage snoopit31

Mentions légales| squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0