Accueil >Sections >Informatique Air France

INFO CE Informatique et Formation

Comité d’Etablissement Informatique et Formation du 22 mai 2002

jeudi 30 mai 2002, par SUD Aérien DGSI Toulouse , SUD Aérien Informatique .


Ce CE devait, entre autres points à l’ordre du jour, se prononcer sur 2 réorganisations ( DPI = Direction de la Production informatique et DSA = Direction des solutions applicatives ) qui concernent certaines activités du site de Toulouse la Barigoude.
SUD Aérien s’est prononcé contre la réorganisation DPI en raison des risques potentiels de transfert de certaines activités (technique sécurité) surtout liés à la personnalité du nouveau responsable et de l’imprécision de la future organisation de l’entité Réseaux. Nous développons ces raisons ci-dessous.<

Concernant la réorganisation DSA, SUD Aérien s’est abstenu car cette réorganisation semble logique et sans poser de problèmes. Mais nous ne votons pas « pour » par principe, car aujourd’hui on nous présente une certaine répartition et dans 6 mois on nous en soumettra une autre car la direction aura modifiée ses choix. Nous laissons la Direction assumer son organisation, nous ne cogérons pas.
A cette session, les élus ont donné leur avis sur le Bilan social.
A la fin de la réunion SUD Aérien s’est exprimé sur le manque de locaux d’activités CE à la Barigoude et la non coopération inter-CE dans différents sites ce qui est préjudiciable aux salariés.
Réorganisation de la Direction de la production Informatique - DPI :
Cette réorganisation se situe dans la continuité de celle de décembre 2000 avec un développement des moyens autour de la sécurité avec la création de 2 services« technique sécurité » et « technologies Intranet/Internet », ainsi qu’un renforcement du poids de la qualité qui passe en « oreille » rattachée directement au directeur.
A l’occasion de cette réorg, les 2 entités réseaux de l’ancienne organisation sont regroupées en 1 seule avec un responsable en plus !
Idem pour les entités métrologie - économie et budget des centres de production qui sont, elles aussi, regroupées en 1 seule.
Si le choix d’améliorer le fonctionnement de DPI concernant la qualité et la sécurité nous semble nécessaire dans le contexte actuel, néanmoins SUD Aérien a voté CONTRE la réorganisation proposée pour les raisons suivantes :
l’activité plus technique concernant la sécurité fait l’objet de la création d’un service « technique sécurité » et passe du responsable méthodes de production au nouveau responsable Communication, Base de Données, Technologies Intranet/Internet (ex Middleware et base de Données).
le service administration sécurité (à TLS) voit son activité resserrée sur la seule administration. Les compétences techniques plus larges acquises depuis 2 ans auprès des SSII avec lesquelles ils travaillaient ne seront pas pleinement mises à profit (en sachant que ces personnes ne veulent pas travailler en région parisienne). Le nouveau service créé à Paray Vieille Poste avec 2 cadres, va devoir acquérir ces compétences probablement auprès de SSII. L’argument de la Direction justifiant le recours à la sous-traitance pour permettre aux salariés de la DGSI   d’acquérir de nouvelles compétences techniques tout en développant de nouveaux projets se trouve contredit dans ce cas. Le transfert d’une activité de Toulouse vers Paray ne permettra pas à la DPI d’utiliser les compétences acquises par les salariés toulousains. De nouveaux contrats de sous-traitance seront nécessaires à Paray.
nous ne cogérons pas. la création de ce service « technique sécurité » à Paray porte en lui le germe d’un transfert plus important de l’activité actuelle de l’administration sécurité PAE vers Paray. Cette crainte est d’autant plus fondée que Monsieur Carnot, le nouveau responsable, a déjà oeuvré depuis plus de 5 ans pour transférer des activités de Toulouse vers Paray avec une mauvaise fois évidente et inacceptable de la part d’un responsable de ce niveau :
il a refusé d’admettre à plusieurs reprises entre 97 et 99 qu’il y avait des compétences UNIX à Toulouse alors que de nombreux produits d’AIR INTER avaient été développés sous UNIX à Toulouse, étaient exploités et administrés depuis Toulouse jusqu’en 99.
après la décision de créer un service Administration sécurité PAE à Toulouse en 1999 et confirmée décembre 2000, il a tout fait pour récupérer cette activité à Paray. Il a refusé de transmettre des informations de volumétrie lors du développement des PAE, il a refusé d’accorder des moyens en compétence réseaux alors qu’ils étaient disponibles et demandeurs. Et juste après la mise en production, il a très vite réclamé une activité de test PAE à Paray pour doubler l’activité toulousaine. Heureusement les élus SUD Aérien au CE Informatique et Formation ont pu contrecarrer cette démarche lors du CE de mai 2001, il y a tout juste un an. Depuis des moyens supplémentaires ont été accordés au service toulousain pour faire face à l’étendue des problèmes à traiter. D’autres postes étaient attendus, nous veillerons à ce qu’ils soient maintenus à Toulouse.
Comme par un étrange hasard, M. Carnot n’est pas encore nommé officiellement responsable de l’entité Communication, Base de Données, Technologies intranet/internet que déjà il projette de :
limiter l’activité sécurité de Toulouse à la simple administration,
transférer les études techniques à Paray,
regrouper l’activité réseaux en un seul service. Le responsable réseaux qui se trouve à Toulouse perd sa responsabilité (c’est notre déduction car il n’était pas au courant des projets de réorganisation des réseaux, donc il n’en sera probablement pas le futur responsable !).
Alors que la sérénité était revenue sur le site de Toulouse depuis plusieurs mois avec des activités qui garantissaient au moins le maintien des emplois voire même une légère progression, il suffit de la prise de responsabilité d’une personne avec, dès la prise de fonction, des décisions qui pénalisent le site de Toulouse pour raviver les inquiétudes quand on connaît la capacité de nuisances de M. CARNOT.
SUD Aérien, par ce vote CONTRE, a voulu alerter la direction sur les risques qu’elle prenait en laissant faire M. CARNOT. Aujourd’hui, il n’y a pas d’inquiétude pour l’emploi à Toulouse, nous ne voulons pas que M. Carnot envenime la situation. C’est pourquoi nous avons volontairement et contrairement à nos habitudes, désigné nommément un responsable en tant que tel car pour nous le risque n’est pas dans le projet d’organisation DPI en soi, mais dans la personnalité du responsable dont nous avons subi les attaques depuis 6 ans et ses choix de localisation d’activité.
Vilgenis :

Retrouve un chef de centre, qui aura également la responsabilité du centre de production DI-SP à Paray (Cexi et le Centre de Contrôle Informatique). Sa mission est de regrouper les 2 entités en une seule et d’homogénéiser les méthodes de travail. On espère qu’à cette occasion Cexi soit décentralisé à Toulouse, [où nous avons les capacités pour les accueillir], comme semble le souhaiter une partie des salariés de ce service. Mais cette mobilité ne peut se faire que sur la base du volontariat et il a des volontaires. Sud Aérien s’opposera à toute mobilité forcée . Voir plus bas la position de SUD Aérien sur ce point, prise lors de la commission Economie et production
Résultats des votes des élus : 7 abstentions (5 CFDT  , 2 FO) et 2 contre (1 SUD , 1 CGC)
Réorganisation de la Direction « Développement de Solutions Applicatives » - DSA
C’est à la fois :
l’objet de création d’une nouvelle agence appropriée à une technique : agence décisionnelle (DI.IB) regroupant tous les DatawhareHouses après la création de l’agence SAP (DI.IG) il y a plusieurs mois. Cette agence SAP se renforce avec le projet CORHUM, le nouveau du SIRH (système d’information Ressource Humaines).
la promotion en agence (DI.IJ) de la sous-agence escale (Gaétan, Géode, Ardecco, commissariat). La création de cette agence retire des lignes de produits de DI.IH. Il faut donc redistribuer les cartes pour mieux répartir les entités :
le Fret passe de la logistique à l’agence programme (DI.IH).
les agences systèmes commerciaux (DI.IC) et commerce électronique (DI.IF) s’échangent les call centrer contre les serveurs distribution ;
le centre de compétences décisionnels passe de l’agence technologies avancées (DI.ID) à l’agence décisionnelle, (DI.IB) c’est logique et en échange, les outils DGSI   passe le la logistique à l’agence technologies avancées (DI.ID).
Dans ce découpage, le produit REVE se trouve éclaté dans en 2 agences DI.IH et DI.IB mais la répartition des salariés n’est pas encore tranchée par la direction.
En résume, DSA passe de 7 agences regroupant 33 entités à 8 agences regroupant 43 entités.
A la question de SUD Aérien, « Combien de promotions liées à cette réorg ? » Mme Mataillet, DRH DSGI, répond : « aucune ». Les agences regroupent des entités disparates : soit des lignes de produit, soit des produits soit des projets. Les responsables de ces entités vont de cadres groupe 3 à la C7 pour les responsables de lignes de produits seniors à cadre groupe 2 à la C5 pour les chefs de projet senior.
Remarque SUD Aérien : si aucune promotion n’apparaît officiellement, en réalité, les avancements généreux pour les heureux élus ont permis d’accompagner cette réorg.
Résultats des votes des élus : 6 pour (5 CFDT  , 1 CGC) et 3 abstentions (1 SUD , 2 FO)

 INFO DGSI  

Jean-Paul Hamon dément la rumeur le disant partant, il reste à son poste.
Dans le cadre de l’alliance Sky Team, il nous fait part d’étude en cours sur la recherche de synergie avec ALITALIA. Les échanges informatiques vont se poursuivrent avec DELTA et les autres membres de l’alliance mais chaque compagnie veut rester maître de ses outils informatiques.

 Motion salaires

 Une motion sur les salaires a été voté au CE demandant l’alignement de l’augmentation des salaires sur celui des PNT   (+7.5%). Nous avons fait valoir que il n’y pas plusieurs catégories de personnel (PS PNC   en opposition au PNT  ), mais une seule, l’ensemble du personnel AF. L’inflation étant de 4%, largement supérieure à l’augmentation des salaires.

On voté pour : SUD et FO. La CGT   s’associe au vote pour. La CFDT   a voté contre car elle défend l’accord salarial qu’elle a signé, la CGC s’est abstenu.

 Bilan social

4.29% de l’ensemble de la population de la DGSI   a eu une promotion. L’égalité professionnelle H/F est loin d’être respectée. Ainsi pour les promotions les chiffres sont les suivants :
De A vers B 5.5% de femmes promues pour 13.6% d’hommes
De GR 1 vers GR 2 0.43% de femmes promues pour 4.80% d’hommes
De GR 2 vers GR 3 1.21% de femmes promues, l’effectif passe à 7 femmes pour 48 hommes.

 MOBILITE

Position SUD Aérien sur la localisation des emplois dans les différents centres des la DGSI  .
D’après notre DRH, Mme Mataillet, il y aurait une quinzaine de postes à pourvoir à Vilgénis qui ne trouvent pas de candidats et il y aurait à Toulouse des responsables de projet qui se retrouveraient sans projet après la fin de leur projet et deviendraient développeurs !
Face à cette situation, SUD Aérien a pris la position suivante en posant clairement le problème :
Il ne faut pas tourner autour du sujet sans vouloir l’aborder franchement comme semble le faire la DGSI   depuis plusieurs mois. Toutes les enquêtes montrent qu’une part importante de la population des salariés diplômés comme ceux de la DGSI   préfèrent travailler dans le SUD de la France notamment en Midi Pyrénées et en Provence Cote d’Azur plutôt qu’en région parisienne.
Air France a la chance d’avoir 2 sites informatiques dans ces régions : Valbonne et Toulouse.
Des dizaines de salariés ont déjà obtenu leur mutation de la région parisienne vers ces centres et des dizaines d’autres sont demandeurs ou en attente.
La DGSI   constate des difficultés de recrutement sur des postes en région parisienne. SUD demande qu’une étude interne soit menée pour demander dans quel site DGSI  , les salariés souhaitent travailler : maintien sur leur lieu actuel, mobilité vers Toulouse ou Valbonne, et dans quelles conditions.
Et suite à cette enquête, qu’une répartition des postes soit proposée en CE pour mettre en adéquation sur quelques années, les souhaits des salariés et les postes de la DGSI   .
SUD Aérien rappelle qu’il n’acceptera aucune mobilité forcée du Sud vers le Nord ou du Nord vers le Sud comme entre Nord et Sud de Paris. L’activité actuelle de la DGSI   devrait permettre en quelques années (3 à 5 ans) une répartition naturelle de l’activité entre la région parisienne, Valbonne, Toulouse et les demandes de salariés de la DGSI  .

 Locaux d’activités CE à la Barigoude et la non coopération inter-CE

Le CE ne va pas continuer l’accord de coopération inter-CE concernant la médiathèque de Paray. Le CE du CDR Lignes a très fortement augmenté le prix de la participation en raison des grandes plages horaires d’ouverture à la demande des PN. Les 6 CE de Paray vont constituer chacun leur médiathèque dans leur périmètre !!! De même, le bâtiment Latitude à Orly permet d’accueillir de nombreuses activités. Mais le collectif qui le gère propose un coût d’utilisation exorbitant par rapport au nombre de participants. Les différents CE de la plate-forme d’Orly veulent se retirer de ce collectif alors qu’ils manquent des locaux pour les activités. La direction d’Air France serait prête à mettre 600.000 F pour maintenir ce lieu d’activités.
Et La Barigoude attend depuis 4 ans des locaux équivalents à ceux de Valbonne et Vilgénis pour développer des activités sociales sur le site et un centre de loisirs pour les mercredis. Mais ce n’est toujours pas prévu alors que SUD Aérien le revendique depuis 4 ans et que la CGT   et la CFDT   gèrent ensemble le CCE. Les secrétaires CGT   de Toulouse Midi-Pyrénées et CFDT   du CE Informatique et Formation n’ont pas répondu à nos lettres de demande de réunion conjointe pour avancer sur ce sujet. Dans les différents sites, chaque organisation syndicale dépense plus d’énergie à conserver son pouvoir local que de rechercher la meilleure manière de coopérer et de laisser un petit peu de leur pouvoir à une commission paritaire de gestion locale.
Et le CCE finance directement le centre de détente de Lassy en région parisienne Nord en y consacrant 2 % de son budget plus toute la communication aux salariés concernant les activités de ce centre.
SUD Aérien demande une nouvelle fois, une réunion commune des 2 CE du site de la Barigoude, avec un représentant du bureau du CCE et un représentant de la Direction d’Air France pour que tous les salariés de la Barigoude, Basso-Cambo et Blagnac bénéficient de salles d’activités comme ceux de Roissy, Orly, Vilgénis ou Valbonne.

Vos élus SUD Aérien : Charles MARION (2.62.68) et Alain SIEBENBOUR (2.66.89)

Articles les plus récents
Dans la même rubrique

Informatique Air France
Mots-clés

SPIP | Copyright © 2002 - 2012 SUD Aérien.org | Conception et habillage snoopit31

Mentions légales| squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0