Accueil >ACTU >Dans les médias

Article du Monde Argent

A l’étranger, la part des actions varie

Fonds de réserve des retraites

dimanche 20 avril 2003.


La France n’est pas le seul pays à disposer d’un fonds complémentaire tel que le Fonds de réserve des retraites. D’autres mécanismes de ce type existent à travers le monde. Leur taille, leur politique d’investissement et leurs objectifs sont cependant très différents.

 En norvège.

Le Norway State Petroleum Fund, créé en 1990, a pour objectif de constituer des provisions pour faire face au vieillissement de la population et de lisser dans le temps les revenus en provenance des excédents pétroliers. Il est alimenté par les surplus budgétaires liés aux recettes pétrolières (70 milliards d’euros en six ans). Investi uniquement en obligations, il s’est progressivement diversifié en actions, qui représentent 40 % de son actif.

 Au Canada.

Les cotisations pour la retraite devraient, dans ce pays, être supérieures aux prestations versées jusqu’en 2021. Les surplus, estimés à environ 60 milliards de dollars canadiens (38 milliards d’euros) pour les dix ans à venir, alimentent l’Office d’investissement du régime de pensions du Canada (OIRPC) mis en place en 1998. L’objectif du fonds, qui est placé sous la tutelle du gouvernement, est d’atteindre 130 à 150 milliards de dollars canadiens (82 à 95 milliards d’euros) à l’horizon 2012, soit 12 % du produit intérieur brut (PIB) canadien. Il a pour mission de délivrer un rendement supérieur à celui des obligations indexées sur l’inflation. Actuellement, l’OIRPC détient 27 % d’actions,
une part qui devrait progresser.

 En Irlande.

L’objectif du National Pension Reserve Fund (NPRF), créé en avril 2001, est d’atteindre 36 % du PIB en 2025 et d’alimenter, à partir de cette date, le système de retraite à hauteur de 1 % du PIB. L’Etat irlandais abonde le NPRF à hauteur de 1 % du PIB jusqu’en 2055 au moins. L’allocation de fonds est de 80 % en actions et de 20 % en obligations. Toutefois, en raison de la situation des marchés, la part en actions a été réduite à 60 %, celle d’obligations à 15 % et 25 % de l’encours sont placés en produits de trésorerie.

 Aux Pays-Bas.

Le fonds de pension des fonctionnaires de l’Etat et de l’éducation nationale des Pays-Bas, ABP, a été créé en 1994 et privatisé en 1996. Il est investi à hauteur de 40 % en actions, 10 % en immobilier et 50 % en obligations.

 Aux Etats-Unis.

Calpers, le fonds de pension des fonctionnaires californiens, est alimenté par les cotisations de ses membres. Il gère un système de retraites à prestations définies et un programme de prestations santé. Les actions, qui ont représenté jusqu’à 64 % de l’actif, ne forment plus que 59 % des placements. Le fonds a manifesté son intention de consacrer 15 % de ses investissements à la gestion alternative.

Joël Morio

LE MONDE ARGENT du 20 avril 2003

Articles les plus récents
Dans la même rubrique

Dans les médias
Pas d'autres articles dans la rubrique Dans les médias
Mots-clés

Du même auteur

Sur le Web

Il n’y a pas de site à cette adresse

SPIP | Copyright © 2002 - 2012 SUD Aérien.org | Conception et habillage snoopit31

Mentions légales| squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0