Accueil >Sections >Informatique Air France

Les élus du CE posent enfin les vrais questions avec le droit d’alerte

compte rendu du CE extraordinaire Informatique du 27 novembre 2002

mercredi 4 décembre 2002, par SUD Aérien Informatique .


Cette session avait été demandée par les élus du CE Informatique et formation suite à la non information des élus sur :

  • les études sur le transfert de la billetterie AF vers Amadeus dans les prochains mois
  • les études sur l’externalisation de Gaétan et Alpha3 vers Newgen d’Amadeus
  • la mise ne place d’un Plan de Reprise d’Activité (PRA ou backup des sites de production) et les conséquences sociales.

Sur le point 1, J.P. Hamon et E. Odier ont annoncée qu’une étude DGSI   sur la migration de la billetterie AF du TOP vers Unix serait faite avant la fin décembre et qu’une étude fonctionnelle avec les AMO devrait conclure début 2003. AF ne prendra pas de décisions de migrer ou pas vers Amadéus avant la fin de ces études. A suivre ....

Sur le point 2, les élus ont remis une soixantaine de questions sur l’évolution des systèmes d’information, et voté un droit d’alerte. La DGSI   doit répondre le 20 décembre. Selon le contenu des réponses, le CE décidera ou pas de désigner un expert pour examiner les faits qui inquiètent les salariés.

SUD Aérien a rappelé avoir posé des questions du même ordre entre 1996 et 1998 concernant les choix applicatifs imposés par AF. La direction n’avait pas fourni de réponses très précises ni suffisamment argumentées mais les autres élus à l’époque, n’avaient pas jugé nécessaire d’aller plus loin !

SUD Aérien a estimé que les questions posées étaient pertinentes, que le contexte du droit d’alerte était peut-être désagréable pour la direction mais qu’il permettait de poser précisément les bonnes questions et d’obtenir les réponses précises à ces questions soit de la direction, soit par la désignation d’un expert avec un cadre juridique contraignant. Les élus et les salariés avaient ainsi les éléments nécessaires pour juger si les choix de la direction sont les meilleurs pour la compagnie, la DGSI   et les salariés ou sont orientés par une politique d’externalisation non affirmée.

Après 4 ans d’interventions régulière au CE Informatique et Formation sur les dysfonctionnements et entraves au CE , le bureau CFDT   se décide enfin à ester en justice ! Mieux vaut tard que jamais mais SUD Aérien a rappelé que ces questions concernent l’ensemble de la DGSI   et doivent être traitée en CE et non pas sur le seul site de Valbonne.

De même pour le point 3, les salariés inquiets à Valbonne, demandent que le Directeur de DPI, Alain Riche descende à Valbonne pour les informer sur l’évolution de la production à Valbonne. SUD Aérien comprend cette demande pour avoir déjà rencontré des situations similaires en 96,97 et 98 à Toulouse, c’est le rôle normal du management de répondre aux inquiétudes des salariés. Par contre sur les sujets comme le PRA ou l’organisation de DPI, ces thèmes concernent l’ensemble des sites de la DGSI   et doivent être traités avec les représentants de tous les syndicats et de tous les sites. Ce à quoi s’est engagé M. Hamon.

Concernant le PRA (Plan de retour à l’activité) ou le backup de la production, SUD Aérien a rappelé sa position  :

la DGSI   doit fournir à AF la qualité et la fiabilité de production informatique nécessaire au fonctionnement de la compagnie ; notamment garantir un niveau de production satisfaisant même avec une perte partielle ou totale d’un centre de production. Les critères retenus pour la sécurité dans le cadre de la navigabilité d’un avion doivent se retrouvés dans le cadre de la production informatique. (ex un avion doit pouvoir poursuivre son décollage malgré la perte d’un réacteur, la DGSI   doit pouvoir maintenir une production informatique même avec la perte accidentelle d’un centre.)
C’est une garantie pour qu’AF continue de confier son informatique à la DGSI   et les élus au CE doivent s’assurer que la DGSI   met tous les moyens internes pour parvenir à ce niveau de garantie.

Pour SUD Aérien, le PRA est nécessaire pour pérenniser la DGSI  . Et l’existence de 3 sites de production est un avantage pour mutualiser les moyens entre les sites sans recourir à une externalisation. C’est pourquoi SUD Aérien demande qu’une machine Unisys soit installée sur un des autres centres (Toulouse ou Vilgénis) pour assurer le backup de la machine de Valbonne.

Articles les plus récents
Dans la même rubrique

Informatique Air France

SPIP | Copyright © 2002 - 2012 SUD Aérien.org | Conception et habillage snoopit31

Mentions légales| squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0