Accueil >Dossiers >Services Publics

Pour en finir avec les idées reçues sur les services publics

4 : « Une entreprise privée peut faire du service public »

octobre 2002, par Fondation Copernic .


  • Oui, des entreprises privées assurent correctement des missions de service public : par exemple, la production de pain, le ramassage scolaire,… Dans tous ces cas, l’autorité publique a les moyens de contrôler ce que font ces entreprises petites et moyennes, par exemple, au travers du financement, du changement de prestataire…
  • Mais, lorsqu’il s’agit de très puissantes entreprises qui, privatisées, deviennent de puissantes firmes multinationales, alors, les capacités de contrôle des pouvoirs publics, même des Etats, sont très restreintes.
  • Il est inutile et dangereux de faire faire du service public à des entreprises dont le seul souci est de faire du profit : mieux vaut confier cette mission à des entreprises faites pour le service public … et ne pas transformer les entreprises publiques en de telles firmes privées.

« Vous êtes des dogmatiques, des idéologues. La questions de la propriété, publique ou privée, est maintenant secondaire. On connaît des entreprises privées qui assurent correctement des missions de service public. Les boulangers assurent bien la production du pain. On peut donc privatiser, mais il faut que l’Etat reste vigilant, avec les moyens de garantir la bonne exécution du service public ».

Nous connaissons effectivement des entreprises privées qui assurent correctement un service public. Par exemple des entreprises de transport par car qui, sous le contrôle du conseil général et grâce à son financement, effectuent le ramassage scolaire. Le but de ces entreprises est bien de gagner de l’argent et elles pourraient être tentées de réduire la qualité du service, sa sécurité. Mais l’autorité publique a les moyens de contrôler ce que font ces entreprises petites et moyennes. L’autorité publique a des moyens de pression efficaces par ce qu’elle assure souvent l’essentiel du financement de ces entreprises et, finalement, elle peut en changer.

Mais notre bataille contre la privatisation ne concerne ni les boulangers, ni les entreprises possédant quelques autobus. Il s’agit de très puissantes entreprises qui privatisées, deviennent de puissantes firmes multinationales. Et alors, les capacités de contrôle des pouvoirs publics, même des Etats, sont très restreintes et ces firmes ont un pouvoir de chantage et de nuisance qu’elles ne se privent pas d’utiliser.

UN scandale vient d’éclater au Japon : les entreprises privées d’électricité ont réussi pendant des années à dissimuler des rapports faisant état d’incidents et de fissures dans les réacteurs nucléaires. En Grande Bretagne, le ministre des transports avait qualifié la performance du chemin de fer privatisé de « honte nationale ». C’était en 1998, avant la catastrophe de Paddington et avant la longue série d’accidents qui s’est poursuivie. Le gouvernement était, dans ce cas, au courant de la situation. Il a tempêté, menacé. Cela n’a pas fait changer le comportement des compagnies privées. Dans le même pays, le service de l’eau a été privatisé en 1989. En cinq ans, les factures ont doublé, les compagnies ont triplé en moyenne leurs bénéfices, les salaires des dirigeants ont quadruplé et le réseau était si mal en point qu’il s’y perdait jusqu’à 30% de la production. L’autorité de régulation a exigé la baisse des prix de 12% en 2000 et des investissements sur le réseau. Cinq compagnies ont immédiatement répliqué en annonçant plus de 3200 suppressions d’emploi.

IL est faux de prétendre que les pouvoirs publics conservent une véritable capacité de contrôle des entreprises privées lorsque celles-ci ont atteint une certaine taille et que les mouvements de rachats et de concentration les transforment rapidement en monstres détenant une puissance croissante. Plutôt que de vouloir faire boire l’âne qui n’a pas soif, c’est à dire faire faire du service public à des entreprises dont le seul souci est de faire du profit, mieux vaut confier cette mission à des entreprises faites pour le service public. Plutôt que de dire « il faut mettre en place des moyens de contrôle de ces firmes privées qui ne respectent pas les règles », il vaut mieux ne pas transformer les entreprises publiques en de telles firmes privées.

Articles les plus récents
Dans la même rubrique

Services Publics
Pas d'autres articles dans la rubrique Services Publics

SPIP | Copyright © 2002 - 2012 SUD Aérien.org | Conception et habillage snoopit31

Mentions légales| squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0