Accueil >ACTU >Tracts nationaux

Pétition « Garde tes tresses Abou »

Aboubakar Traoré, harcelé par Air France pour sa coiffure

mercredi 11 avril 2012, par Bureau national .


Paris / Rivière-Pilote, mercredi 11 avril 2012

_

À l’attention du Président-directeur général d’Air France,
Monsieur Alexandre de Juniac,
et du Défenseur des droits,
Monsieur Dominique Baudis

Monsieur le Président-directeur général,
Monsieur le Défenseur des droits,

Depuis 2004, M. Aboubakar Traoré, steward à AIR FRANCE, par ailleurs excellemment noté, est harcelé parce qu’il a coiffés ses cheveux en courtes tresses africaines, plaquées sur son crâne (comme Leroy dans « Fame »).

AIR FRANCE ment comme un arracheur de dents en déclarant à l’AFP, le 6 avril, que son manuel des règles de port de l’uniforme « stipule qu’un homme ne peut
pas porter les cheveux longs ou des tresses ».
Il suffit de le lire : il autorise nommément les tresses africaines pour les hôtesses de l’air (p. 32) et ne les interdit en rien pour les stewards (p. 53) ! Pourtant, M. Traoré se voit maintenant menacé de licenciement : son employeur lui refuse l’embarquement et exige qu’il porte une perruque ou coupe ses tresses...

AIR FRANCE, déjà poursuivie pour fichage ethnique, insulte les personnes de couleur en déclarant simultanément : « L’image de la compagnie doit être
uniforme dans un souci d’esthétisme et d’élégance. »

C’est énoncer enfin clairement le motif du harcèlement subi par M. Traoré : selon la compagnie présidée par M. Alexandre Begoügne de Juniac (ancien directeur
de cabinet de Christine Lagarde, alors ministre de l’économie), les cheveux crépus des hommes noirs seraient « inesthétiques » et « inélégants »... Sur Internet,
la « fachosphère » européenne applaudit.

La HALDE (Haute autorité de lutte contre les discriminations & pour l’égalité) a pourtant demandé à AIR FRANCE de mettre un terme à ce harcèlement
« disproportionné ».

Cependant, le DÉFENSEUR DES DROITS qui lui succède, M. Dominique
Baudis, semble satisfait d’une révision du « manuel » qui ne change rien : il conseille à M. Traoré d’obéir à sa hiérarchie...

En violation flagrante des articles L.1321-3 et suivants du code du travail sur les libertés individuelles et les discriminations raciales et sexuelles, AIR FRANCE
continue à refuser aux stewards afro-descendants ce qu’elle accorde aux hôtesses afro-descendantes (au nom d’une étrange vision de ce que doivent être les corps
des hommes noirs, d’un côté, et des femmes noires, de l’autre).
En effet, ce ne sont pas les « tresses africaines » elles-mêmes qui posent problème (elles sont admises chez les femmes noires). Ce n’est pas leur longueur (celles de M. Traoré sont d’une dimension tout à fait raisonnable, comme on a pu le constater à la télévision).
Faudrait-il en revanche, selon AIR FRANCE, contrôler et domestiquer davantage le corps des hommes noirs ? Une telle empreinte sur le corps de ces derniers, qui s’étend à l’intégralité de leur temps libre et de leur vie privée, évoque des heures sombres et n’est justifiée par aucun impératif commercial. Même l’armée ne demande plus aux militaires d’avoir toute leur vie la « boule à zéro » !

Pour ces raisons,
Solidaires   de la manifestation réunie samedi 14 avril à 14h30, les signatair/e/s de la présente pétition, réuni/e/ en Comité international de soutien à M. Aboubakar
Traoré, à l’initiative de la FAAC (Fédération des associations africaines & créoles), de l’UGITC CGT   PNC  , de la FÉDÉRATION TOTAL RESPECT | TJENBÉ RÈD (qui
rassemble dix organisations de lutte contre les racismes, les homophobies & le sida) et de SUD Aérien, expriment les attentes suivantes :

1°) AIR FRANCE doit abandonner toute poursuite disciplinaire à l’encontre de M. Aboubakar Traoré, l’indemniser à hauteur du préjudice moral subi en huit années de harcèlement et lui accorder une promotion méritée au regard de la qualité constamment reconnue de son travail, promotion qui ne lui a évidemment pas
été accordée au cours de ces huit années ;

2°) AIR FRANCE doit modifier son « manuel des règles de port de l’uniforme » et permettre explicitement à son personnel masculin de porter, comme son personnel
féminin, des tresses qu’elle-même appelle « africaines » ;

3°) Le DÉFENSEUR DES DROITS doit revoir sa position sur ce « manuel » et constater que sa rédaction et plus encore son interprétation, littéralement « à la
tête du client », continuent de livrer M. Traoré et ses collègues de couleur à l’arbitraire et aux humiliations de l’encadrement d’AIR FRANCE.

_

Contacts :
Frank Anretar | president lafaac.com
06 69 05 67 97
David Auerbach Chiffrin | federation tjenbered.fr
06 96 32 56 70
06 10 55 63 60

Page Facebook : http://www.facebook.com/gardetestressesabou
Hashtag Twitter : #AboubakarTraore

Premier/e/s signatair/e/s :

Élu/e/s de la République :

1. Stéphane Coloneaux (adjoint au maire de L’Haÿ-les-Roses délégué aux droits de l’homme, aux métissages, au devoir de mémoire et aux anciens combattants - ancien porte-parole du PCF | Parti communiste français - vice-président de l’Aden | Association de descendants d’esclaves noirs et leurs
amis) ;

2. Louis Mohamed Seye (adjoint au maire de Fontenay-/s-Bois) ;

Personnes morales :

3. Association Bi’cause (Paris, http://bicause.pelnet.com/) ;

4. AID | Association Initiatives dionysiennes (La Réunion, http://aid97400.lautre.net/) ;

5. UGITC CGT   PNC   ;

6. Faac | Fédération des associations africaines & créoles ;

7. FAU | Fédération des associations ultramarines de Midi-Pyrénées

8. Fédération Total Respect | Tjenbé Rèd (Fédération de lutte contre les racismes, les homophobies & le sida) ;

9. Sud Aérien ;

10. Vela | Vigilance lesbienne, gaie, bi, trans & intersexe Aix-en-Provence ;

Autres personnes physiques :

11. Nelly Ambert (association Bi’cause) ;

12. Célia Baudu (syndicaliste et militante associative à Aix-en-Provence, France) ;

13. Alfred Breitman (écrivain, artiste et défenseur des droits humains, Italie) ;

14. Lounès Chikhi (chercheur au CNRS | Centre national de la recherche scientifique, Toulouse) ;

15. Eddie Clarke (Glasgow, Écosse) ;

16. Steed Gamero (photographe et défenseur des droits humains, Italie) ;

17. Christine Houblon (présidente de la FAU | Fédération des associations ultramarines de Midi-Pyrénées) ;

18. Annick Joulin (Conflans-Sainte-Honorine, Yvelines, France) ;

19. Laurence Lascary (productrice, De l’Autre Côté du Périph’, Montreuil-/s-Bois) ;

20. Roberto Malini (écrivain, poète et défenseur des droits humains, Italie) ;

21. Fabio Patronelli (artiste et défenseur des droits humains, Italie) ;

22. Matteo Pegoraro (écrivain et défenseur des droits humains, Italie) ;

23. Maria Vazquez Perez (infirmière, adhérente de l’APGL | Association des parents & futurs parents gais & lesbiens, Mouans-Sartoux, Alpes-Maritimes) ;

24. Dario Picciau (cinéaste, artiste et défenseur des droits humains, Italie) ;

25. Shirine Sabéran (Paris XVIIIe, France) ;

26. Jean-Marc Tagliaferri (AID |Association Initiatives dionysiennes, La Réunion) ;

27. Nicole Ziani (LCR | Ligue communiste révolutionnaire, Gard)

Articles les plus récents
Dans la même rubrique

Tracts nationaux

SPIP | Copyright © 2002 - 2012 SUD Aérien.org | Conception et habillage snoopit31

Mentions légales| squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0