Accueil >ACTU >Tracts nationaux

Accord de méthode signé à la va-vite : Accord pourri

vendredi 16 mars 2012, par Bureau national .


EN EXCLUSIVITE SUD AERIEN, LE TEXTE COMPLET DE L’ACCORD EN PIECE JOINTE.

Nous apprenons à l’instant, que plusieurs bureaux centraux des syndicats, CGC, CFDT  , FO et UNSA   auraient signé l’accord cadre proposé par la direction. Cet accord était mis à la signature depuis le 13 mars jusqu’au 16 mars 17h00. Aucune information, secret total.

Dans celui-ci, les deux parties s’engagent à trouver un accord fin juin, et à discuter à l’automne sur des négociations d’accords d’établissement sur le temps de travail.

Le préalable de cet accord est clair : partager l’analyse sur la situation de l’entreprise. Les syndicats signataires reconnaissent « la réalité et la gravité de la situation économique de l’entreprise et l’impérieuse nécessité pour elle de réaliser un important effort de redressement ». Pour Sud Aérien, ce constat est une manipulation de la direction, la situation économique est loin d’être dramatique. C’est simplement le prétexte à la destruction de nos acquis sociaux. Comment des syndicats dignes de ce nom peuvent-ils, dans la précipitation et sans même avoir demandé une expertise indépendante, laisser le champ libre à la direction pour tailler dans le pacte social. Car les points d’attaques sont nombreux :

  • redéfinition des avancements et promotions
  • limiter le nombre de jours d’hiver
  • revoir (et diminuer) le rythme d’ancienneté
  • suppression de l’acompte de quinzaine (il n’y a pas de petites économies)
  • diminuer le nombre d’heures de repos attribuées en cas de travail les jours fériés (les 3 glorieuses)
  • passer du maintien du salaire à maintien du salaire net en cas de maladie
  • révision de la prise en charge des cotisations « salariés » (Assedic ?)
  • augmenter le volume et l’efficacité des temps effectivement travaillés (chasse aux pauses, aux jours rtt) , renégociation des accords sur le temps de travail

Dans cet accord, les syndicats signataires ont les exigences suivantes :

  • Absence de tout départ contraint pour motif économique
  • Absence de toute diminution des niveaux conventionnels de rémunération
  • Engagement de transparence et d’équité, en particulier information sur les mesures concernant les autres populations de l’entreprise (PNC   et PNT  )

Mais l’accord ne leur apporte aucune garantie ! Quel intérêt à signer un accord dans lequel le seul point positif serait la mention des revendications ?

Mais on comprend mieux quand on lit l’alinea final de l’accord :
« au titre des travaux décrits au paragraphe 3.3, des moyens spécifiques d’accompagnement seront définis par la Direction », donc à nouveau des heures de mandat données aux seul syndicats signataires de l’accord….

Les salariés doivent rester mobilisés, et ne pas tomber dans le piège, on se serre la ceinture, à l’automne, les résultats redeviennent magiquement bons, l’action remonte, sert à payer l’échange salaire-actions des PNT  , à racheter Alitalia et autres, et le bon Juniac apparaît comme le sauveur d’Air France, touche le maxi de sa part variable et se la double dans la foulée !!! Et nous on a nos salaires bloqués, on travaille plus, et on gagne moins…

Elle est pas belle la vie ? A nous de faire échouer par notre détermination ce mauvais film !

Articles les plus récents
Dans la même rubrique

Tracts nationaux

Sur le Web

SPIP | Copyright © 2002 - 2012 SUD Aérien.org | Conception et habillage snoopit31

Mentions légales| squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0