Accueil >ACTU >Tracts nationaux

QUAND LA DIRECTION RACONTE DES HISTOIRES ...
… EN PRESENTANT LES COMPTES !!!!!

mercredi 14 mars 2012, par Bureau national .


La Direction vient d’annoncer les résultats 2011. La communication de la Direction est sans appel : l’année a été catastrophique. Si la barre n’est pas redressée, AF/KLM va dans le mur. Donc, il faudrait très vite appliquer le plan TRANSFORM. Nous nous limiterons pour notre part à quelques chiffres, tous tirés de la comptabilité officielle AF/KLM, évidemment :

Chiffre d’affaires exercice 2011 :+4.1%

PKT   (Passagers. Kilomètres. Transportés) année 2011  :+ 6.9%

Coefficient d’occupationannée 2011 :+ 0.3%

AF/KLM Exercice 2010/2011 (avril 2010-mars 2011) :

Résultat d’ exploitation : + 122 millions d’euros

AF/KLM Exercice 2011 (avril 2011-déc 2011) :

Résultat d’exploitation : + 50 millions d’euros

Première leçon : le résultat d’exploitation, donc notre activité ( Passage + Fret + Maintenance) a été positif sur l’exercice 2011 . AF/KLM n’est pas au bord du dépôt de bilan !!!!!

Deuxième leçon : la facture pétrolière a augmenté de 718 millions sur les 9 mois de l’exercice 2011 et pourtant le résultat est positif de 50 millions !!! En pratique, cela veut dire que le groupe a eu une forte croissance, une forte progression de sa productivité capable d’encaisser l’augmentation du pétrole.

 Alors, pourquoi le groupe finit-il l’année en annonçant des pertes ????

D’abord, la Direction annonce 367 millions de pertes qui n’existent pas !!!! L’exercice 2011 est sur 9 mois, a démarré en avril, et la Direction compte dans ses « 809 » millions d’euros de résultats négatifs, le résultat du trimestre janvier-mars 2011, déjà pris en compte l’année dernière !!! La ficelle est un peu grosse !!! Donc le résultat net (après tous les frais financiers ) est de -442 millions et pas de -809 millions, une paille !!!!

Et par ailleurs, si AF/KLM avait vendu ses actions Amadeus en décembre 2011 et pas en février 2012 (plus-value de 467 millions…), le résultat net 2011 aurait été positif. Cela tient à peu de choses finalement …

Ensuite, le Groupe a investi 2.1 milliards en 2012. Et c’est là que le bât blesse !!!!

AF/KLM veut continuer une politique de forts investissements, et ce sont ces investissements qui absorbent les résultats et qui évidemment ne sont possibles qu’avec un fort appel au crédit….C’est ce qui se passe aujourd’hui.

 LE POIDS DE LA DETTE ?

Quand la Direction nous dit que la « dette » est trop forte, c’est un discours hypocrite. En effet il y a aujourd’hui comptabilisé 6.5 milliards de dette nette, mais c’est un choix de développement, d’investissement et non pas le résultat d’une perte d’activité. Par ailleurs, c’est une dette dont les remboursements s’étalent sur plusieurs années évidemment. Et pour l’image, c’est comme si avec un revenu de 25 000€ annuel, vous auriez une dette de 6500€, même pas le prix d’une voiture….

En même temps, AF se positionne en Afrique de l’Ouest en participant à la création de la nouvelle compagnie ivoirienne, se positionne pour le rachat de la LOT et compte bien racheter le reste d’Alitalia d’ici la fin de l’année prochaine.

  ET LES LOYERS OPERATIONNELS ?

Une ligne intéressante dans les comptes concerne le montant des « loyers opérationnels ». Pour augmenter ses investissements tous azimuts, la Direction a choisi de plus en plus de ne pas acheter les avions, mais de les louer. Dans la comptabilisation de la dette, il y a 4 milliards correspondants aux « loyers opérationnels », c’est-à-dire ce qu’il faut payer à des banques comme crédit-bail pour nos avions. Et cela se traduit dans le résultat d’exploitation 2011, par exemple, par un montant de 848 millions… Puisque l’on nous compare toujours avec Lufthansa, le montant des loyers opérationnels y est trois fois moins élevé qu’à AF/KL en 2011….Rien que les intérêts à payer pour ces loyers représentaient 300 millions d’euros dans les comptes 2011 AF. Si on parle des chiffres, il faut donner tous les chiffres !!!!

Ces 300 millions vont directement dans la poche du système financier.

  ORIENTER LES RESULTATS POUR FAIRE PEUR ET JUSTIFIER LES ATTAQUES CONTRE NOS ACQUIS

Donc, en gros, MM. Juniac et Spinetta font l’inverse de Gourgeon l’année dernière avec des chiffres presque identiques. A l’époque les résultats étaient « positifs en très forte amélioration ». Ce qui avait justifié l’augmentation de 42% du salaire de Gourgeon. Ils veulent simplement dégager plus de marges financières en baissant nos salaires et nos emplois pour mieux financer le développement du Groupe et rémunérer les actionnaires.

C’est un choix financier. Rien ne nous oblige à le partager, bien au contraire.

Nous, nous allons nous battre pour un autre choix qui tourne le dos à celui de nos dirigeants, celui du développement de nos emplois, de nos salaires.

Dans les semaines à venir, il faut s’opposer aux « accords de méthode et de cadrage » qui mettraient en pièce nos acquis et que veut imposer la Direction pour écrire de nouveaux accords.

Les syndicats ne doivent pas céder à cette accélération de la casse de nos acquis, nous devons au contraire nous mobiliser tous ensemble pour les garder.

Articles les plus récents
Dans la même rubrique

Tracts nationaux

SPIP | Copyright © 2002 - 2012 SUD Aérien.org | Conception et habillage snoopit31

Mentions légales| squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0