Accueil >Dossiers >RETRAITES

Retraites : régression sociale pour le secteur privé

jeudi 2 janvier 2003, par SOLIDAIRES .


En juillet 1993, le gouvernement Balladur prend quatre mesures qui ont toutes pour objectif de baisser le montant des pensions pour les années à venir.

  1. La première a consisté à faire passer progressivement à l’échéance 2003 la durée de cotisation de 37,5 à 40 annuités pour toucher une retraite à taux plein (50% du salaire moyen). Or, la durée de vie active a tendance à se réduire : on entre de plus en plus tard sur le marché du travail (allongement de la durée des études, chômage), on en sort de plus en plus tôt (pré-retraites, chômage). Une telle mesure revient donc à baisser le montant des pensions : il devient très difficile d’avoir les 40 annuités.

  2. La deuxième a consisté à indexer les pensions sur les prix et non plus sur les salaires. En période de faible inflation, cela a pour conséquence de faire baisser le niveau des retraites par rapport aux salaires.

  3. La troisième a porté sur le mécanisme de revalorisation des « salaires portés au compte » pour calculer le montant de la pension au moment du départ en retraite. Ces salaires annuels servant de référence de calcul de la pension sont depuis 1993 revalorisés chaque année comme les pensions, c’est-à-dire comme les prix. Au moment de la retraite, ils auront ainsi perdu du pouvoir d’achat au regard de l’évolution des salaires. Personne n’aura donc une retraite équivalant effectivement à 50% du salaire moyen.

  4. La quatrième a été de faire passer la moyenne des salaires pris en compte dans le calcul de la pension des 10 aux 25 meilleures années à l’horizon 2008.

L’accord du 25 avril 1996 sur les retraites complémentaires (Agirc pour les cadres, Arrco pour les non cadres) organise une forte baisse du rendement des régimes complémentaires dans le futur. A taux de prélèvement constant et sans contribution nouvelle des employeurs, les pensions complémentaires sont dorénavant sous-revalorisées par rapport aux prix, tandis que les cotisants acquièrent de moins en moins de droits pour une cotisation équivalente.

L’effet combiné des mesures Balladur de 1993 et des accords Arrco/Agirc de 1996 va avoir pour conséquence de faire baisser de plus de 20% le niveau relatif des pensions par rapport aux salaires, d’ici 2040. Cette baisse programmée serait évidemment encore plus importante si les projets actuels du patronat aboutissaient.

Articles les plus récents
Dans la même rubrique

RETRAITES
Pas d'autres articles dans la rubrique RETRAITES

SPIP | Copyright © 2002 - 2012 SUD Aérien.org | Conception et habillage snoopit31

Mentions légales| squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0