Accueil >Sections >DGI Air France >Archives Air France Industrie

Intempéries, insalubrité, ne nous laissons pas abuser !

mercredi 27 avril 2011, par SUD Aérien DGI ORLY .


Il aura fallu une semaine de tergiversations et une demande appuyée de l’intersyndicale pour qu’enfin la direction informe les salariés sur ce qu’elle entend mettre en ouvre pour les primes d’insalubrité et d’intempéries. La réponse est loin de satisfaire la demande minimale des salariés.

Dans sa note, la direction dénonce l’annulation d’un vol qui serait de la responsabilité des salariés en grève. C’est la direction, qui en refusant d’entendre les salariés, en reportant leur demande légitime depuis plusieurs semaines, en reportant l’annonce de décisions pourtant arrêtées, qui porte seule la responsabilité de son incohérence et de son échec à gérer sereinement un conflit.


Non à la division, non à la ségrégation !

Pour SUD Aérien, il n’est pas acceptable de concevoir un traitement différencié suivant que l’on soit mécanicien structure, mécanicien cabine ou mécanicien avion.
Comment concevoir que des salariés qui font des interventions journalières à l’escale ne percevraient pas la totalité de la prime d’intempéries ?


Assez de discrimination entre les populations !

Prime d’intempéries :
Que l’on soit Choumac, Cabinard, CME ou EIR, nous subissons tous les aléas climatiques. Que ce soit dans les hangars portes ouvertes en hiver, sous les verrières, portes fermées en été, en plein caniard au point 34, lors d’interventions sous la pluie, le froid ou la chaleur, à un degré ou à un autre, c’est toute la population avion qui est exposée et qui, à ce titre doit bénéficier du même droit :


La prime d’intempéries de 50 € pour tous, sans abattement et sans condition !

Prime d’insalubrité :
De même, quelque soit le métier avion que l’on exerce, à un moment ou l’autre de la vacation, on se pourrit tous. Concernant les taux B et C, il est inacceptable là encore de faire une ségrégation entre les populations concernées.
Les primes d’insalubrité des taux B et C doivent être applicables pour toutes et tous sans discrimination.
Avec ces primes à géométrie variable, c’est tous perdants !


Exigeons leur application au forfait : 30 € pour tous !




Ce que la direction ne dit pas :

La direction oublie de dire, c’est que depuis des années, elle nous gruge en ne nous appliquant pas la prime d’intempéries (même partielle) qu’elle devrait appliquer pour le personnel travaillant au hangar. En effet, le règlement du personnel d’Air France prévoit :

Règlement du personnel sol – RPS annexe 2.8 – sous le titre « prime d’intempéries en escale » :

Taux A :
Les personnels du taux A sont ceux qui occupent des emplois qui, lorsqu’ils sont remplis en escale couvrent des activités exercées sur les avions en piste, essentiellement à l’extérieur :

  • Personnel des filières « entretien aéronautiques »,…

Taux B :
Les bénéficiaires sont ceux qui occupent des emplois qui, lorsqu’ils sont remplis en escale couvrent des activités exercées sur l’avion en piste, essentiellement à l’extérieur.

  • Personnel des filières « entretien aéronautiques »,…

La piste comprend les zones de parking avions en escale et les aires de stationnement extérieur des avions, le temps passé au hangar est retenu pour 25 % de sa durée.

Soit, à minima, si l’on considère
100 % du temps passé au hangar
(c‘est donc forcement plus), 25 %
du taux B qui aurait dû
s’appliquer depuis des années
pour les salariés exerçant leur
activité au hangar.

Ce sont donc, au cours des cinq
dernières années, avec une
moyenne de 500 personnes
concernées, pas moins de 150
000 € que la direction s’est mise
dans la poche sur notre dos !

Par ailleurs, en utilisant l’argument du conflit des salariés, la direction entend balader les techniciens avions en refusant de s’adresser directement aux syndicats et en essayant de diviser les populations.

Décidément, au règne du diviser pour mieux régner, la seule politique sociale que connait Air France à encore de beaux jours devant elle.

Toutefois, cette action collective est une première victoire qui montre que, tous unis, on peut gagner. Cette avancée démontre que ça commence à payer. Certains pourront se contenter de ce premier pas.

Mais globalement cela reste insuffisant et pour SUD Aérien, il est inconcevable que des discriminations totalement injustifiées continuent à perdurer entre les populations choumac, cabinard et mécano. Continuons à nous mobiliser pour faire entendre notre voix et porter la revendication qui nous unifie tous :


Insalubrité et Intempéries le même droit pour tous !

Articles les plus récents
Dans la même rubrique

Archives Air France Industrie
Pas d'autres articles dans la rubrique Archives Air France Industrie
Mots-clés

Sur le Web

Il n’y a pas de site à cette adresse

SPIP | Copyright © 2002 - 2012 SUD Aérien.org | Conception et habillage snoopit31

Mentions légales| squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0