Accueil >Sections >Orly Escale

Quand la direction se défausse de ces responsabilités sur les agents de piste

mercredi 27 avril 2011, par SUD Aérien Orly Escale .


Nous avons déjà eu plusieurs réunions avec la direction sur le sujet très contesté du plan de Chargement.

Depuis des mois, le nombre de PDC non signé ne cesse d’augmenter, plus de 800 à ce jour), dans l’indifférence la plus totale de la direction.

En tout état de cause, la situation n’évolue pas sur le plan juridique et la fameuse signature (en bas, à gauche) est toujours au centre du débat...

En clair, ou presque, il n’y a qu’un seul « C2 » par vol, c’est le RZA, mais il peut en partie déléguer ce pouvoir à une autre personne qualifiée « C2 » AEA, RZA, c’est-à-dire :

  • Le contrôle du chargement à l’arrivée du vol (arrivée/transit) à l’aide des messages LDM et CPM,
  • Le contrôle des UC présentes au chargement,
  • Le contrôle de l’exécution réelle des instructions de chargement : Contrôle de cohérence entre le chargement réel, le plan de chargement actualisé et les informations SRB.

En aucun cas, ce pouvoir de délégation ne constitue une décharge du RZA sur le vol, il reste le seul « C2 » et responsable de la signature finale du PDC.

C’est bien là où est le problème, car nous pratiquons suffisamment tous pour savoir que le RZA ne reste jamais en place et quitte souvent la ZEC dont-il est responsable le temps de la durée d’un vol. Comme par exemple, monter en poste pour le briefing avec l’équipage ou en passerelle, etc… Du coup, le RZA ne voit pas forcément la réalisation du chargement et encore moins le contrôle des verrous et de l’arrimage. Pourtant il valide le PDC en apposant sa signature, la seule reconnue par la DGAC  .

Une chose est sûre, une grosse lacune existe et résume tout le problème. Dans la fiche de poste du RZA qui détermine précisément la fonction, il y avait un point qui définissait à qui un RZA pouvait déléguer ses responsabilités dans la ZEC pendant son absence. Ce point ayant disparu, le RZA ne peut donc plus déléguer quoi que ce soit, à qui que ce soit !!!...

Le but n’étant pas de faire peur, mais rappelons nous de l’accident tragique de l’hôtesse de l’air en 2005, du lynchage médiatique et juridique de l’agent de piste avant même toute décision de justice et du résultat que nous connaissons tous : une seule personne a été reconnue responsable.

Il est temps que la direction clarifie la situation !

Vos délégués Sud Aérien 22/04/2011

Mots-clés

Sur le Web

Il n’y a pas de site à cette adresse

SPIP | Copyright © 2002 - 2012 SUD Aérien.org | Conception et habillage snoopit31

Mentions légales| squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0