Accueil >Sections >Informatique Air France

Le magicien ZOS

lundi 27 septembre 2010, par SUD Aérien Informatique .


 Le magicien ZOS

Dans le pays ZOS vivent les dieux (ISIS entre autres) et les étoiles (STAR) [1]

Accessible en tout temps et en tous lieux, ZOS est un pays merveilleux ou le temps semble suspendu.

Cela est possible grâce aux MIPS (Morceaux Infinitésimaux de Pouvoir Spécial) rassemblés par le magicien ZOS

A l’extérieur, le magicien OS (Open Source) règne et ne supporte pas la concurrence.

A coup de savon ( SOAp et/ou SoAP ) et de boules de toile ( Websphere ) il opère un grand nettoyage et les MIPS désertent le pays ZOS pour le pays OS
Sans les MIPS les étoiles partiront et certainement les dieux suivront
Mais le magicien ZOS clame toujours haut et fort que « tout va toujours bien dans le meilleur des mondes », en tant que prêtre du Démantèlement Programmé Imminent (DPI) il se doit de maintenir l’illusion.

 Le Plan Infernal

La disparition du ZOS s’inscrit en effet dans un vaste Plan Infernal combiné par les magiciens.

Après la disparition du ZOS les prêtres du DPI espèrent que le déséquilibre des MIPS dans le monde va provoquer la disparition de Tous LeS hommes.

Si le déséquilibre des MIPS ne suffit pas les prêtres du DPI prévoient de s’allier à la secte de la Disparation Savamment Agencée (DSA) et à l’ordre du Dérèglement Systématique et Destructeur (DSD) pour hâter le mouvement.

 AMADEUS

Les magiciens ont en effet une croyance :

La disparition de Tous LeS hommes alimente mécaniquement le Quantum Vital Interstellaire (QVI) en âmes et en MIPS ( l’opération est en cours )

Cette importante concentration d’âmes et de MIPS va provoquer le phénomène AMAs DEUS :

Un phénomène cosmique conduisant à la naissance d’un dieu omnipotent et inexistant.

Malheureusement les prêtres ont un peu perdu de vue les conséquences :

Sans hommes et sans MIPS c’est tout la Délicate Structure Immatérielle (DSI) assurant la cohésion de l’univers connu qui disparaît.

 DatawareHouse : un bloc cohérent à KLM face à une équipe dessoudée à Air France

La réorganisation de l’agence « Décisionnelle DSA » est importante pour la pérennité de l’emploi et de l’activité dans ce secteur.
Lors du projet Latitude en 2004, l’activité avait été positionnée à Toulouse dont elle devait être l’un des fleurons (la prod DWH   restant à Paris). En 2005, dans la première mouture du plan industriel, on notait que le domaine était colorisé AF. Les perspectives d’emplois et d’activités internes étaient prometteuses. La direction, alors ambitieuse (c’était le temps béni de « la première informatique du secteur aérien ») voulait « être au plus haut niveau » sur le datawarehouse, « pour tous les métiers du groupe AF/KL ».

Dès juin 2006, Sud Aérien s’inquiétait que les promesses affichées n’étaient pas tenues, notamment en terme d’emploi interne. La direction, sous le prétexte d’une activité ralentie, ne mettait pas en œuvre les moyens de ses ambitions, ni en terme de réponse aux besoins métiers, ni en terme technologique.

Parallèlement, KLM, présentant un bloc cohérent et compact entre management, instances représentatives du personnel (Works Council) et salariés obtient que le DatawareHouse soit hors du périmètre de fusion dans le cadre de la combinaison des informatiques (janvier 2010) : à KLM, la combinaison des informatiques est conditionnée à une activité « significative » en terme de datawarehouse. Cette activité n’apparaît pas dans l’informatique mais est dispatchée dans les métiers.

Aujourd’hui, l’activité datawarehouse AF est à un tournant. Elle devait prendre les rênes de toute l’activité groupe pour tous les métiers et être en pointe au niveau des technologies. Au final, KLM a gardé ses prérogatives sur tout son périmètre et la volonté de la direction d’Air France de changer la donne se limite pour l’instant à des paroles. Le regroupement de l’agence au sein d’un centre de compétence élargi comprenant également l’ingénierie du développement témoigne d’un affaiblissement de la fonction. C’est comme si Gourgeon, DG AF-KLM disait je veux une informatique forte au sein du groupe et sortait Odier, Directeur Général des systèmes d’information, du comité exécutif AF KL !

Aujourd’hui, le directeur de DSA nous enfume en parlant toutes les trois lignes de « clients de l’informatique » et en sortant de son chapeau un scénario fumeux qui consiste à aller chercher le « client KL à partir du mois d’octobre » pour leur « vendre » des solutions DWH   (AF). La réalité des négociations de la Combinazionne entre AF et KL est tout autre. Car comme nous l’avons dit : primo, KL est en position de force puisque les négociateurs de KL ont obtenu le fait de conserver leur propre DWH   pour les usagers KLM. Par conséquent de « clients KL », il n’y aura point. Secundo, de l’aveu même de la direction, de gros efforts sont à fournir pour répondre aux attentes des métiers, notamment en terme de délais de livraison ce qui nécessite pas mal de boulot à effectuer côté processus et production. Tertio, la direction souffle le chaud et le froid puisque le directeur de la stratégie n’était pas sur la même ligne que ses deux camarades directeurs lors de la présentation de l’avis du work council en janvier 2010, affirmant qu’il voyait bien à terme une partie du BI dans les métiers « avec une nouvelle génération d’outils ». Il serait temps de lever toutes ces contradictions !

Aux propos « rassurants » s’opposent les faits et nous devons faire pression maintenant sur le nouveau management de la DGSI   et du datawarehouse pour que les promesses ne restent pas lettre morte comme l’ont été celles de 2005.

 Le plafond de verre à la DGSI  

Le constat de change pas : la proportion de femmes dans les instances dirigeantes de l’informatique AF/KLM reste anormalement bas. Sud Aérien ne manque pas l’occasion de faire remarquer au directeur de l’informatique groupe à chaque modification de l’organigramme, que la nomination d’une femme serait un signe tangible que le plafond de verre n’a pas cours à la DGSI  .
Mais il reste sourd à ces remarques.

P.-S.

Délit d’entrave à la DGSI ?

A l’instar des pratiques gouvernementales actuelles, le fonctionnement du CE des systèmes d’information ne brille pas par la démocratie qui y règne. Ainsi, le point sur le regroupement des agences datawarehouse et ingénierie du développement n’a-t-il pas été l’objet d’un vote des élus. Pas assez important selon la direction puisqu’il ne consistait en la suppression d’un seul poste .... de chef d’agence et qu’il n’y avait aucune modification de l’organisation de l’activité. Sauf que ce dernier point est erroné puisque comme l’a écrit Sud Aérien à la direction, DI.CM (support DWH) a été réorganisé avec fusion du service « Etudes » et du service « Alimentation ».

Notes

[1Les personnages et les situations de ce récit étant purement fictifs, toute ressemblance avec des personnes ou des situations existantes ne saurait être que fortuite.

Mots-clés

SPIP | Copyright © 2002 - 2012 SUD Aérien.org | Conception et habillage snoopit31

Mentions légales| squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0