Accueil >ACTU >Tracts nationaux

LA CRISE C’EST POUR NOUS …
LES PROFITS C’EST POUR EUX !

lundi 30 août 2010, par Bureau national .


Souvenez vous :

 1er acte : octobre 2009

La Direction lançait son « plan de départ volontaires ». La cause ? La crise évidemment. Le discours était dramatisant : «  forte dégradation des recettes unitaires », « niveau d’endettement qui annule les efforts de plusieurs exercices », «  chiffre d’affaires en net repli », «  forte dégradation des résultats  ».

A l’époque, SUD Aérien a été le seul syndicat à s’insurger contre cette manipulation, les autres trouvant simplement le PDV «  pas assez attractif ».
Alors que la reprise d’activité aérienne mondiale reprenait nettement dès mai 2009 (chiffres IATA), la direction en prenant appui sur une situation conjoncturelle de baisse de l’activité voulait, dans les faits, restructurer plusieurs secteurs de la compagnie pour les rendre plus profitables et dégager plus de profits pour les actionnaires…Plus simplement, supprimer encore des milliers d’emplois en jouant sur la peur et l’assentiment de la majorité des syndicats.

Elle a ainsi réussi à faire soutenir par ces mêmes syndicats un plan de suppression de 1800 emplois, une mobilité forcée, des restructurations à la serpe au Cargo et à l’Exploitation, des fermetures d’agences, des centaines de suppressions de postes dans les fonctions Supports.

Pourtant, alors qu’il jouait la peur en interne : « la situation de l’entreprise reste détériorée et on ne perçoit aucun signe de reprise progressive » (CCE 4 sept 2009), PH Gourgeon rassurait les actionnaires : «  le résultat d’exploitation est proche de l’équilibre  » … « la situation financière solide du groupe est confirmée par une trésorerie de 4 milliards ». (PV 18 nov. 2009), le service Presse AF/KLM confirmait : « Comme en octobre les recettes unitaires se redressent progressivement ».

 2e acte : mars 2010

La Direction en 48 heures, à la veille du 1er avril, expédiait les négociations salariales 2010. Alors que l’inflation 2010 était déjà chiffrée par l’INSEE à 1,6%, la Direction octroyait largement 0,4% en août et 0.4% en décembre. « Dans le contexte économique actuel qui reste difficile, Air France a décidé, au titre du maintien du pacte social et pour tenir compte des efforts d’adaptation menés au sein de l’entreprise, de poursuivre pour l’année 2010 sa politique salariale favorable » (Flash Actu du 31 mars 10).

Quel cynisme !!! Une « politique salariale favorable » qui se traduit par une baisse du salaire réel, c’est une nouveauté Air France ! Face à cette attaque frontale, la majorité des syndicats est prête au sacrifice (« l’accord » salarial a été signé par FO, CFDT  , CGC, CFTC, SNPL  ) : « 0.8% : c’est mieux que rien » … « dans une situation de plus en plus difficile… le langage de la vérité nous oblige à la modération »

En revanche, pour notre DG, la politique salariale lui est réellement favorable puisque, en 2009/2010, il augmente sa rémunération annuelle fixe de 25% soit 150.000 euros !!

 3e acte : 1er trimestre IATA 2010

Les résultats financiers du premier trimestre de l’exercice 2009/2010 (avril-mai-juin 2010) viennent d’être publiés : ils confirment une nette reprise de l’activité, ce que tous les salariés peuvent constater.

De même pour AF/KLM qui vient de réaliser une juteuse opération financière avec la remise en Bourse d’Amadeus.
Du coup, c’est 1,03 MILLIARD d’euros de plus value qui a été dégagé.

Ce que nous avions prévu est en train de se réaliser. Air France a utilisé les quelques mois de récession pour « nettoyer au Kärcher » les effectifs au sol. Et elle compte continuer sur sa lancée pour obtenir d’ici 2011, 8% de baisse d’effectif par rapport à 2009. Conséquences : un sous-effectif dans quasiment tous les services que la direction tente de « combler » partiellement par de l’intérim et des « renforts », des agents d’escales surmenés et souvent en grève.

Lorsque ces agents - déjà soumis à une surproductivité alors que l’effet PDV n’a pas encore produit tous ses dégâts - exigent des effectifs, ils se voient répondre que « la reprise est fragile ».

Fragile la reprise alors que le coefficient de remplissage atteint aujourd’hui 83%, que l’activité est revenue au niveau de l’été 2008 et qu’on ouvre de nouveaux partenariats (comme avec la compagnie low cost Flybe) ?
Mais la direction ne veut pas en rester là et tient à réaliser des résultats financiers largement supérieurs, afficher des profits devant les actionnaires d’AF/KLM, comme le fond de pension américain Capital Research and Management Company qui détient plus de 10% des actions du groupe AF/KLM. Autant dire qu’il y a longtemps que la politique sociale d’Air France a rejoint le Musée du Bourget entre le Morane-Saulnier et le Bréguet Deux-Ponts….

….Mais nous-mêmes, salariés d’Air France, ne devons pas mettre au Musée les luttes collectives pour obtenir les effectifs nécessaires, pour obtenir un salaire qui non seulement ne perde pas de valeur d’achat, mais aussi nous donne les moyens de vivre correctement.

Articles les plus récents
Dans la même rubrique

Tracts nationaux
Mots-clés

SPIP | Copyright © 2002 - 2012 SUD Aérien.org | Conception et habillage snoopit31

Mentions légales| squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0